home | works | exhibitions | publications | reviews | contact

HIRO MATSUOKA



Reviews

Au soleil


La Galerie Agathe Gaillard invite le public Au soleil dans une atmosphère de délassement, de poésie, de réflexion, mais aussi d’intrigues et de mystère. Pour cette exposition, une vingtaine d’artistes représentés par la galerie et invités pour l’occasion seront à l’honneur. À travers des photographes historiques tels que Jean-Philippe Charbonnier, Édouard Boubat, Manuel Álvarez Bravo ou des incontournables tels que Marie-Paule Nègre, Erica Lennard, Claude Iverné ou bien des nouveaux venus, Alexandre Arminjon, Emmanuelle Bousquet, Sergey Neamoscou, la galerie célèbre un soleil qui révèle, sculpte, interroge, détend ou brûle.


Une histoire autour du soleil: de la génèse symbolique à l’approche dramaturgique

Tout commence avec Solar, la série de solarisations couleur de Marie-Paule Nègre qui représente le soleil en son sens cosmique. Cet astre, capable de créer la vie, rappelle le big-bang, la mer, l’origine du monde ou le ventre de la mère.

Puis, l’exposition offre un regard sur la nature au soleil avec des photographies à la limite de l’asbstraction, à mi-chemin entre l’estampe, la gravure, la peinture, comme le résultat des images brouillées ou révélées par le soleil: des cèdres du Liban de Franck Christen, une plage énigmatique par Juliette Diemer, la série Exodus de Valeria Gaia, les paysages soudanais de Claude Iverné ou encore l’oasis iranienne d’Alexandre Arminjon.

Enfin, la représentation humaine au soleil avec l’exploration de divers univers et scénarios possibles: un chien mexicain endormi par Manuel Álvarez Bravo, des ombres qui suggèrent des messages de tendresse ou d’humour comme dans l’écriture photographique d’Édouard Boubat, la capacité de magnifier une intrigue, pour la rendre quasi cinématographique: Georges Hentschel, ou encore le travail d’Hiro Matsuoka ou d’Emmanuelle Bousquet qui sont une ouverture sur la fenêtre de l’inconscient.

L’exposition s’intéresse également aux corps sous un soleil écrasant — la Piscine d’Arles de Jean-Philippe Charbonnier, le plongeur de Giorgia Fiorio — et aux architectures urbaines transformées ou magnifiées par le soleil.


Un regard photographique traversant les générations et les techniques

Au soleil, qui est la deuxième exposition collec- tive après Hommage à la Beauté, présentée lors de la réouverture en septembre 2017 permet d’explorer plusieurs générations de photographes et différentes utilisations du médium: photographie argentique classique, solarisation, photographie numérique ou compositions.

Des grands maîtres entrés dans l’histoire de l’art, des virtuoses du tirage ou encore des artistes de talent découverts sur les réseaux sociaux, la galerie, lieu d’échange et de dialogues, met en lumière la photographie traversant les âges et les regards.


— Galerie Agathe Gaillard, June 2018




© 2018